Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

24 Heures

Le résultat d’AVSplus influencera fort le parlement

Depuis plusieurs années, le 2e pilier souffre de la faiblesse des rendements de la fortune. Pour y faire face, le Conseil fédéral a proposé une baisse du taux de conversion de 6,8 à 6%, soit une baisse de 12% des nouvelles rentes. Nombre d’experts considèrent cette baisse comme inéluctable, si l’on veut éviter la faillite de certaines caisses de pension.

Conscient qu’une simple baisse des rentes sans compensation n’aurait aucune chance en votation, le Conseil fédéral a choisi une stratégie nettement plus équitable, selon trois axes: primo, garantir le financement des deux piliers; deuzio, maintenir le pouvoir d’achat des retraités dans sa globalité; tertio, ne pas fixer à plus de 65 ans l’âge pour toucher une rente entière. Pour compenser la baisse du taux de conversion, le Conseil fédéral propose que l’on cotise désormais à la LPP dès le premier franc de salaire. Avec le temps, chaque assuré aurait davantage d’argent sur son compte LPP, ce qui compenserait la baisse du taux de conversion.

Lors de l’examen de ce projet, le Conseil des Etats s’en est tenu aux axes choisis par le Conseil fédéral. Cependant, pour compenser la baisse du taux de conversion du 2e pilier, il a choisi une autre option: plutôt que d’accroître substantiellement les cotisations versées aux caisses de pensions, il augmente 
les cotisations de l’AVS et rehausse 
de 70 francs par mois et par personne les rentes. A mon avis, c’est une bonne décision. D’une part, parce que le financement de l’AVS est très solidaire: les hauts revenus cotisent sans plafond; d’autre part, la simplicité du système permet de limiter drastiquement les frais administratifs.

Hélas, par 13 voix contre 12, la majorité a tout balayé lors des délibérations de la commission du National. Résultat: baisse des rentes du 2e pilier, sans aucune compensation! De surcroît, la commission a introduit un automatisme pour l’augmentation de l’âge de la retraite jusqu’à 67 ans. La réforme sera débattue au Conseil national le lendemain du vote populaire sur AVSplus. Cette initiative propose une augmentation de 10% des rentes, à financer par une augmentation au pro rata des cotisations. Si elle est acceptée, la baisse des rentes LPP (-12%) sera dans une large mesure compensée par l’augmentation des rentes AVS (+10%). Si elle n’est rejetée que de justesse, le parlement, craignant le référendum, se ralliera à la solution du Conseil des Etats, à peu près équilibrée. Par contre, si l’initiative fait un mauvais résultat, c’est la solution de la retraite à 67 ans avec une baisse des rentes LPP sans compensation qui s’imposera. Par conséquent, le 25 septembre, la sagesse dicte de voter oui à AVSplus.

 

 

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

18.2.2017