Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

25.10.2013  Discours à l'assemblée des délégués du parti socialiste Suisse au sujet de la libre circulation des personnes et des mesures d'accompagnement.

Des mesures d'accompagnement nécessaires à notre arrimage à l'Europe

Discours à l'assemblée des délégués du parti socialiste Suisse au sujet de la libre circulation des personnes et des mesures d'accompagnement.

Chère et chers camarades,

Refuser la libre circulation des personnes, que ce soit à l'occasion de l'initiative UDC dite « contre l'immigration de masse » ou à l'occasion du vote sur la Croatie, ce serait se tirer un boulet de canon dans le pied pour la Suisse et ses habitants.

Ceci pour trois raisons :

Premièrement, la libre circulation et la condition sine qua non des accords bilatéraux, car elle constitue l'un des fondements de l'intégration européenne.

Deuxièmement, la liberté de mouvement et de choix de son lieu de travail constitue un droit social important

Troisièmement, c'est l'introduction de la libre circulation des personnes qui a enfin permis de réguler sérieusement le marché du travail en Suisse. Elle a permis la suppression d'un statut de saisonnier indigne, la réglementation du marché du travail et en particulier la facilitation de l'extension du rayon de validité des conventions collectives de travail, ainsi qu'une amélioration nette de la surveillance.

Le lien entre la libre circulation des personnes et l'amélioration du marché du travail n'est pas seulement de nature politique, il est carrément juridique : si l'accord sur la libre circulation des personnes tombe, les mesures d'accompagnement deviennent caduques. Je n'exclus d'ailleurs pas qu'il s'agisse de l'objectif secret d'une partie de l'UDC : maintenir une libre circulation unilatérale, mais sans la régulation du marché du travail.

Vous me permettrez ici une petite parenthèse : vous le savez, je suis président de Swissolar, la fédération Suisse des entreprises de l'énergie solaire. Jeudi, nous avons décidé à une très large majorité de rejoindre la convention collective des techniques du bâtiment, convention qui est de force obligatoire. Les entreprises l'ont fait non seulement pour offrir de bonnes conditions de travail, mais aussi parce que c'est dans leur intérêt de se protéger contre le dumping d'entreprises étrangères qui viendraiten sans respecter les conditions de travail local. On voit donc que ces mesures d'accompagnement sont très largement acceptées.

Je vous l'ai dit, refuser la libre circulation des personnes, ce serait se tirer un boulet de canon dans le pied

Mais, chers camarades s'il n'y a pas d'amélioration des mesures d'accompagnement, c'est ce qui va arriver. C'est pour cela que les mesures d'accompagnement + sont indispensables. Sans elles, le NON lors de la votation sur l'extension de la libre circulation à la Croatie est certain, quoi que fasse le PS. Il ne servirait à rien de faire campagne, et nous ne ferons pas campagne, ni pour le oui mais pour le non. C'est le sens de la conclusion du document qui nous est soumis par la direction du parti.

Nous ne ferions pas campagne pour le OUI parce que cela ne servirait à rien dans ces conditions.

De ferions pas non plus campagne pour le NON parce qu'il est exclu de se mettre dans le sillage nationaliste et xénophobe anti Union européenne et favorable au rétablissement du statut de saisonnier.

Je vous propose donc de soutenir le papier présenté par la direction, mais en refusant les amendements de la section tessinoise.

Vous l'avez compris camarades si nous prenons position ferme aujourd'hui c'est pour sauver,

1) la libre circulation des personnes

2) notre arrimage à l'Union européenne

3) le dispositif d'encadrement du marché du travail introduit par la libre circulation des personnes.

Vous l'avez compris, chers camarades, nous espérons que les conditions soient réunies pour pouvoir faire campagne en faveur du oui à l'extension de la libre circulation à la Croatie, et c'est pour cela que nous adoptons aujourd'hui ce papier de position.

 

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017