Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

 26.1.2010

De nouvelles places de travail grâce aux énergies renouvelables

(Consulter le programme)

Tel sera le thème d'un colloque organisé par le PS suisse le 12 février prochain à Berne. L'initiative socialiste en gestation y sera présentée et toutes ces questions débattues par les spécialistes et membres intéressé-e-s du partis .

L’usage durable de l'énergie signifie - fondamentalement - créer plus de richesses avec moins d'énergie. Cela signifie plus de qualité de vie, plus de protection de l'environnement, plus de prospérité et finalement une société plus juste. L'approvisionnement énergétique de la Suisse doit devenir plus efficace et plus avantageux grâce à l'hydroélectricité, au photovoltaïque, à l'éolien, à la biomasse et à la géothermie.

Pour une application à large échelle, il faut maintenant créer les conditions-cadre adéquates qui permettront de donner les impulsions nécessaires et éviteront les distorsions de concurrence que favorisent actuellement les énergies sales. Pour l'instant, l'approvisionnement énergétique de la Suisse dépend à 80 % des importations d'énergie, avant tout du pétrole, du gaz naturel et de l'uranium. En 2008, les dépenses énergétiques de la Suisse se sont élevées à quelque 33 milliards de francs, dont 23 pour les énergies fossiles. Avant impôt, les importations d'énergie fossile ont coûté la modique somme de 13 milliards de francs. Assurément, cet argent peut être investi plus intelligemment.

L'encouragement des énergies renouvelables et les mesures en faveur de l'efficacité énergétique réduisent donc notre dépendance envers les énergies fossiles. De plus, il permet des investissements et la création de valeur ajoutée, ce qui crée des places de travail et finalement renforce l'économie suisse. C'est une contribution importante pour assurer un long terme de la prospérité du pays et de sa population.

La transformation écologique de l'économie et de la société est indispensable. L'intérêt des privés pour les investissements dans les énergies renouvelables est très important, comme le démontre l'embouteillage dans le domaine du rachat de l'électricité à prix coûtant.

La Suisse doit donc devenir un moteur de l'innovation en Europe et renforcer ainsi sa capacité concurrentielle. Elle peut profiter de ses excellentes hautes écoles dont l'orientation internationale est largement reconnue. On y observe de nombreuses innovations : des téléphones portables équipés de cellules solaires comme aide à la recharge, le projet d'avion solaire «Solar Impulse», des maisons qui se transforment en producteurs net d'électricité, les réseaux électriques intelligents etc. Dans le passé, la Suisse a occupé une position de pointe, par exemple dans les classements du nombre de brevets déposés ou de la capacité concurrentielle. Cette position s'est cependant émoussée et il s'agit de la reconquérir.

Les industries et les services actifs dans le « Cleantech », c'est-à-dire le domaine de la protection des ressources naturelles, de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables constituent un des secteurs les plus prometteurs en termes de croissance. La recherche scientifique et l'économie suisse doivent améliorer leur positionnement dans ce domaine.

Si nous ne changeons pas rapidement de cap, ce sont les bases mêmes de la prospérité humaine qui sont menacés par le réchauffement climatique, les sécheresses, les inondations, les radiations et les déchets nucléaires. De fait, le PS considère que la question énergétique n'est pas seulement une question environnementale mais aussi, et peut-être surtout, un défi de politique économique et sociale mais aussi de justice.

L'accroissement de la demande d'énergie fossile alors que les réserves se réduisent de plus en plus conduit à une augmentation du prix. Les groupes de populations à bas revenus subissent frontalement cette hausse et voient leurs conditions de vie dégradées. En plus, ce sont souvent les mêmes catégories qui sont déjà exposées aux différentes nuisances et conséquences du changement climatique. C'est donc aussi une question de solidarité que de garantir à toutes et tous l'accès à des énergies propres.

L'objectif ne consiste pas à ce que tout le monde consomme la plus grande quantité d'énergie possible. Il s'agit au contraire de faire en sorte que tous puissent bénéficier d’un approvisionnement énergétique durable. Le projet de la société à 2000 W montre comment cela est possible. Pour le PS, il va de soit que ces 2000 W doivent être d'origine renouvelable. En ville de Zurich, les citoyennes et les citoyens viennent de se prononcer en faveur de cette perspective. Les activités et les comportements qui ne nécessitent pas d'énergie, comme le trafic piéton et cycliste, et les investissements qui produisent de l'énergie, comme les maisons photovoltaïques, jouent un rôle central dans ce concept.

Inscriptions à chantal.gahlinger@pssuisse.ch

 

PSV, 26.1.2010

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017