Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article 24 Heures, 27.06.2007

Mettons les rendements LPP à l’abri !

Depuis plusieurs années, les compagnies privées d’assurance manoeuvrent pour réduire les prestations du deuxième pilier : premièrement, elles ont obtenu un taux d’intérêt minimal de 2,5% pour la rémunération du capital des assurés, en prétextant deux mauvaises années sur les marchés financiers (2001 et 2002). Comme si la situation ne s’était pas redressée : de 2002 à 2006, le rendement moyen des placements LPP était de 4,5%[1]. Deuxièmement, les compagnies veulent baisser encore une fois le « taux de conversion » du capital accumulé en rente, alors que celui vient déjà d’être ajusté. Cette dernière manœuvre vient d’échouer provisoirement au Conseil des Etats, grâce à l’opposition de principe des socialistes et au vote rageur des défenseurs des assureurs privés, qui voulaient imposer une baisse encore plus rapide.

Pour les personnes assurées auprès de grandes fondations LPP d’entreprises ou publiques, entièrement autonomes, ces manœuvres sont défavorables, mais pas dramatiques : les excédents de rendement qui ne sont pas crédités sur les comptes individuels alimentent les réserves de la fondation, propriété collective des assurés. Ces réserves permettent de consolider et d’améliorer les rentes futures ainsi que leur éventuelle indexation. Un taux de conversion trop bas pénaliserait certes les futurs retraités par  rapport aux retraités actuels, mais rien n’empêche la caisse d’offrir un taux de conversion plus élevé si la situation de la caisse est saine.

En revanche, ces manœuvres sont catastrophiques pour les salariés affiliés à une « fondation collective » adossée à une compagnie d’assurance privée à but lucratif, sans séparation étanche des actifs. En effet, une bonne partie de ce qui n’est pas crédité sur les comptes individuels ou versé sous la forme de rente va gonfler les bénéfices de la compagnie d’assurance qui gère la fortune et l’administration de ces « fondations collectives ». On comprend immédiatement le lobbing des compagnie d’assurances pour baisser les taux minimaux d’intérêts et de conversion : chaque baisse des exigences légales a pour effet mathématique de baisser les rentes et d’augmenter les excédents, sur lesquels les compagnies peuvent se servir. Concrètement, ce sont principalement les salariés des PME qui en sont les victimes, car leur employeur est trop petit pour disposer de sa propre caisse de pension.

A court terme, il faut que les PME s’éloignent de ces fondations collectives et assurent leur personnel auprès de caisses interprofessionnelles ou indépendantes. Il faut aussi contrer les manœuvres parlementaires des compagnies d’assurances, au besoin par un référendum. A cet égard, j’attends le soutien les représentants des PME, dont l’intérêt consiste à offrir de bons plan de LPP à leurs employés, et non pas à engraisser les compagnies d’assurances.

Pour traiter le problème à la racine, j’ai proposé de modifier la loi pour obliger les institutions de prévoyance LPP à posséder elles-mêmes directement les actifs assurant les rentes[2]. Ces actifs étant complètement séparés de la fortune d’une compagnie d’assurances, les rendements, obligatoires ou excédentaires, resteraient intégralement propriété des assurés.

 



 

 

24 Heures, 27.06.2007

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

18.2.2017