Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Articles 24 Heures, 10 novembre 2005

Souris ou citoyens en cage?

Faut-il, pour combattre les excès de la médecine de pointe et de l’industrie pharmaceutique, refuser l’aménagement d’une animalerie publique dans un bâtiment existant de l’Université de Lausanne ? J’en doute.  La question est bien plutôt de savoir quels sont les moyens que nous nous donnons pour orienter la recherche dans un sens qui soit utile à la société dans son ensemble, et pas seulement aux multinationales pharmaceutiques. 

En pratique, le financement de programmes et d’infrastructures de recherche par l’Etat rend possible l’indépendance des scientifiques. L’actualité livre un parfait contre-exemple : l’industrie du tabac a acheté un célèbre professeur de droit de l’Université de Genève, parvenant ainsi à répandre un nuage de fumée sur les nuisances du tabagisme passif. Ce cas spectaculaire illustre comment les multinationales cherchent à manipuler les chercheurs. Si le financement public ne garantit pas de manière absolue l’indépendance de la recherche, il permet au moins à ceux parmi les chercheurs qui ont une certaine tenue de ne pas se vendre au premier bailleur de fonds venu. 

Si, après avoir approuvé le projet triangulaire et ses développements biomédicaux en 2001, le peuple refuse les animaleries, les chercheurs n’auront qu’un seul plan B : sous une forme ou sous une autre, ils se feront sponsoriser les souris par les grandes entreprises du secteur. Ce qui permettra à ces dernières d’étendre encore un peu plus leur influence. Est-ce vraiment cela que veulent tous les adversaires de l’animalerie ?

 

24 Heures, 10 novemvre 2005

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017