Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

24 Heures, 2 juin 2005

L’énergie, un défi économique et une chance pour la Suisse

Le prix du pétrole ne cessent de monter. C’est une conséquence logique de la loi de l’offre et de la demande, car  les capacités d’extractions sont limitées et la consommation mondiale ne cesse de croître, notamment en Chine et en Inde.

Cette situation ne devrait guère changer, car les exportateurs n’investissent pas beaucoup dans les capacités d’extraction. En effet, cela provoquerait dans un premier temps une baisse des prix et donc de leurs profits. Et comme les réserves de pétroles sont de toute façon limitées, des capacités d’extraction renforcées n’apporteraient qu’un soulagement temporaire pour les importateurs:  en effet, si l’on extrait plus de pétrole, les réserves seront plus rapidement épuisées et l’explosion des prix reviendra au galop.

Indépendamment des problèmes écologiques, cette situation pose un défi économique majeur. En 2003, la Suisse a importé pour 5,2 milliards de francs d’énergie fossile, essentiellement des produits pétroliers à un prix moyen d’environ 28 dollars US le baril. Depuis lors, le baril n’a cessé de monter pour s’établir aux alentour de 50 $ actuellement. Et banque d’affaire Goldman-Sachs estime qu’un prix de 105 $ ces prochaines années ne peut plus être exclut. La facture des importations énergétique pourrait donc rapidement avoisiner les 15 milliards de francs, car le gaz suit la même évolution. 

Face à cette situation, deux attitudes sont possibles : soit attendre et voir venir, soit anticiper. Attendre, c’est se dire qu’une fois que le problème sera là, on trouvera bien une solution de remplacement, sous la pression des prix. Je n’y crois pas, parce qu’il est impossible d’adapter rapidement notre consommation le jour venu. En effet, ce sont les infrastructures, les bâtiments et les équipements qui sont déterminant, et on ne les renouvelle pas si vite. En réalité, les seuls à profiter d’une explosion des prix de l’énergie seront les producteurs et les intermédiaires, qui bénéficieront d’une fabuleuse rente de situation. Raison pour laquelle ils veulent éviter que l’on anticipe le problème. 

A moyen terme, c’est pourtant une véritable strangulation économique qui menace l’économie des pays énergétivores. Pour la Suisse, le plus sage serait d’anticiper dès maintenant selon trois axes :

  1. en améliorant l’isolation et les installations de chauffage des bâtiments, et de manière générale l’efficacité énergétique des installations.

  2. en renforçant les infrastructures de transports publics, tant pour les personnes que les marchandises.

  3. en investissant massivement dans les énergies renouvelables du pays.

Il faut un engagement volontariste de la Confédération pour y parvenir, en taxant davantage l’énergie et utilisant cet argent pour des programmes de modernisation des infrastructures et des bâtiments.

Pour les nouvelles énergies renouvelables, il s’agit, dans la phase de lancement, de garantir des prix qui couvrent la différence avec les prix du marché. C’est le modèle allemand qui fonctionne remarquablement bien depuis cinq ans : en déclanchant un boom dans le solaire et l’éolien (130'000 emplois crées), la loi allemande a permis le passage à une échelle industrielle. Les prix de fabrication des éoliennes ont baissé au point qu’aujourd’hui, l’électricité d’origine éolienne a quasiment rejoint les prix du marché. Tant et si bien que le vent produit déjà 4% de la consommation d’électricité outre-Rhin.

En Suisse, c’est la biomasse et la géothermie qui offrent les meilleures perspectives.  La biomasse (bois, biogaz, compost et déchets) est neutre en terme de CO2 et offre d’intéressantes perspectives de reconversion pour l’agriculture. Et notre sous-sol tourmenté recèle un potentiel fabuleux, tant pour chauffage à distance que pour électricité, via des turbines à vapeur pressurisées. C’est ainsi qu’à Bâle, il se creuse actuellement un forage géothermique qui permettra de couvrir les besoins de chauffage et d’électricité de 5000 ménages.

En plus de nous protéger de l’explosion des prix du pétrole, ces développements permettraient de créer de nombreux emplois en Suisse même, dans des secteurs technologiques prometteurs. Allons nous vraiment attendre les bras croisés ?

24 Heures, 2 juin 2005

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017