Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Domaine Public, 10 mai 2002

BCV: Indignation et questions

Par Roger Nordmann, 10 mai 2002

Ainsi donc, le Conseil d’administration de la BCV, seul compétent en la matière, a octroyé une indemnité de départ de 2'020'000 francs à son ancien président. On apprend par la même occasion que le montant contractuel de l’indemnité de départ était de 1,6 million. Auteur du limogeage, le Conseil d’Etat déplore par communiqué de presse l’existence de cette disposition contractuelle et son arrondi à la hausse. Pareil niveau d’indemnisation est choquant. D’une part parce que le travailleur licencié sans avoir commis aucune faute ne touche en général que trois mois de salaire; il y a hélas deux poids et deux mesures. D’autre part parce que l’ancien président du Conseil d’administration n’est de loin pas étranger aux mésaventures qu’a subies la banque (voir DP 1513). De plus, en étant l’objet d’une enquête préliminaire de la Commission fédérale des banques, il compromettait la réussite du processus de recapitalisation. Or pour obtenir un prix décent dans cette opération, la Deutsche Bank, chargée de gérer la vente des nouvelles actions, souhaitait qu’aucune enquête, fût-elle préliminaire, ne soit en cours contre la BCV ou l’un de ses organes. Dès lors, le départ de M. Duchoud devenait incontournable. Sauf si on chargeait l’Etat de Vaud d’assumer seul l’entier des 600 millions de recapitalisation, et non plus seulement la moitié.

Qu’un contrat aussi généreux ait pu être signé, dans un établissement majoritairement en mains publiques, n’est pas admissible. Cela pose de nombreuses questions: ce contrat at- il été signé par les anciens présidents et vice-président du Conseil d’administration au moment de quitter leurs fonctions ? Quel est le calcul qui a permis de fixer, au départ, le montant de cette indemnisation ? En nommant M. Duchoud à la présidence du Conseil d’administration en 2001, le Conseil d’Etat ignoraitil vraiment les conditions faites? Le statut de président du Conseil d’administration salarié à plein temps est-il compatible avec les règles de la Corporate governance? Plus encore qu’une expression d’indignation un peu facile, on attend du Conseil d’Etat des réponses à ces questions. Il en va de sa crédibilité.  

 

Domaine Public, 10 mai 2002

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017