Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article 24 Heures, 30.4.20

Penser la région lausannoise à vélo

Par Roger Nordmann, Cycliste quotidien et membre fondateur de Cyclic, Association pour la promotion du vélo dans la région lausannoise, 20 avril 2002

Dans toutes les agglomération d’une certaine importance, les déplacements sont un casse-tête. La région lausannoise n’échappe pas à la règle. Comment concilier au mieux vitesse, souplesse, écologie ? Comme limiter le bruit et assurer la sécurité sans ruiner les collectivités publiques ni asphyxier le centre-ville?

L’époque n’étant plus aux guerres de religions, on admet aujourd’hui qu’il faut combiner les approches : tant les transports publics que la voiture et les déplacement non motorisés ont un rôle à jouer. A long terme, l’aménagement du territoire est également fondamental : il doit être possible d’habiter proche de son lieu de travail.  Dans le même ordre d’idée, on commence à remettre en question la construction de grands centres commerciaux à la périphérie, justement en raison des déplacements insensés qu’ils génèrent.

Le vélo comme moyen de transport est appelé à jouer un rôle croissant. Cette évolution que l’on observe dans toutes les villes de la planète,  riches et pauvres, n’est pas due au hasard.

Le vélo est en effet un moyen de transport économe. Pour mille francs, vous pouvez acheter un vélo qui, moyennant quelques « bletzes » et un peu d’huile, qui vous servira fidèlement pendant 10 ans. Le vélo se joue des embouteillages, ignore les problèmes de parking et permet des déplacements trois fois plus rapides que la marche à pied. Sur les distances de moins de quatre kilomètres en milieu urbain, le vélo est le moyen de transport le plus rapide : l’automobiliste doit rejoindre sa voiture, attendre dans les embouteillages, puis chercher une place de parc avant de rejoindre à pied son but. L’usager des transports publics, quant à lui, perd souvent en attente le temps qu’il gagne en évitant le parcage.

Au plan de la protection de l’environnement, le vélo est sans concurrence : c’est le seul véhicule totalement silencieux, non polluant et qui ne consomme aucune énergie non-renouvelable. 

Enfin, l’usage modéré de la bicyclette pour les petits déplacements est excellent pour la santé : il vous permet de joindre l’utile à l’agréable en faisant quelques minutes d’exercice quotidien. Pour peu que vous renonciez à consommer préalablement des produits dopants, votre médecin s’en trouvera enchanté.

J’entends déjà les sarcasmes de ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience : je confondrais les canaux d’Amsterdam et les pentes de Lausanne, lesquelles seraient réservées aux émules d’Alex Zuelle et de Lance Amstrong. L’objection topographique n’est pas dénuée de pertinence pour celui qui habite Ouchy et travaille à Epalinges.  Dans ce cas, l’usage du futur métro M2 est indiscutablement plus indiqué. Mais il existe aussi des pendulaires dont les déplacement quotidiens se font sur un des nombreux paliers de la ville : celui qui va de Pully à l’avenue de Cour ou de Prilly à la place Pépinet ne rencontre pas d’obstacle topographique. Et les bicyclettes modernes, équipées en série d’une vingtaine de vitesses, permettent de se jouer de montées conséquentes sans transpirer. L’Ouest lausannois, nettement plus plat, pourrait même devenir un paradis de la petite reine, à condition que l’on tienne davantage compte de la sécurité des cycliste dans les aménagements routiers.

Le caractère tortueux de la topographie lausannoise entrave aussi les autres modes de transports et elle offre parfois au vélo des avantages comparatifs : le cycliste peut remonter des rues étroites à sens unique pour le trafic motorisée ou pour traverser une zone piétonne en poussant son vélo.

Forts de ces convictions, nous avons décidé de fonder une association pour la promotion du vélo dans la région lausannoise. Cyclic - c’est le nom de cette association -, entend se battre pour que l’on tienne davantage compte des besoins des cyclistes dans la ville. En effet, de nombreux aménagements peu coûteux, comme des bandes cyclables, permettent d’augmenter la sécurité des cyclistes. Cyclic entend également faire la promotion ce moyen de transports auprès de ceux qui le réservaient au sport ou aux loisirs, ou qui ne le pratiquaient pas du tout.

Contact : www.cyclic.info ou CP 2387, 1002 Lausanne.

 

24 Heures, 30.4.20

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017