Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Domaine Public, 31 août 2001

Edito sur l'Expo 02: Le romanche n'est pas rentable

Par Roger Nordmann, 31 août 2001

L'idée de relancer une exposition nationale est née des réflexions, au début des années nonante, sur le manque de compréhension entre les communautés linguistiques de Suisse. L'intention était juste: soigner la cohésion nationale d'un petit pays quadrilingue n'est pas faire preuve de nationalisme étroit.

Dans ce contexte, l'abandon de l'unique projet romanche de l'Expo.02 ne manque pas de surprendre. L'occasion était pourtant excellente de rappeler aux dix millions de visiteurs l'existence de cette langue et la richesse culturelle de cette communauté de 40000 âmes. Lui assurer une place de choix dans l'Expo pouvait parfaitement contribuer à renforcer le sentiment de fierté à l'égard de la diversité culturelle et linguistique suisse.
On ne peut que rester bouche bée devant l'explication donnée par la direction de l'expo et le département Couchepin : le projet romanche «plaisir et mensonge» a été abandonné parce qu'aucun sponsor privé ne l'a jugé intéressant. Voilà qui montre, si besoin était, les conséquences qu'il y a à laisser les milieux économiques dicter le contenu d'une exposition nationale, projet éminemment public, collectif et voulu comme tel. Et si une région linguistique de Suisse est sacrifiée pour manque de rentabilité commerciale, c'est bien au politique qu'on le doit.

En premier lieu, la place excessive réservée au sponsoring commercial est le fruit de l'idéologie anti-étatique de la droite helvétique. Tiraillée entre une vague culpabilité patriotique et le désir dogmatique d'économiser les deniers publics, elle a finalement décidé de privatiser le patriotisme. On commence à entrevoir le résultat de cet état d'esprit : la visite du site
Expo 02.ch, bardé de logos et de louanges aux sponsors, fait désormais penser à un long spot publicitaire.

D'autre part, la diversité culturelle, le respect des minorités linguistiques et la cohésion nationale ne soucient guère l'Expo et son commanditaire, à savoir le Conseil fédéral. Lorsque Pascal Couchepin, par la plume de son secrétaire général, fait écrire à la Ligue romanche qu'il regrette cette décision, on atteint le comble du cynisme. Le gouvernement aurait pourtant pu palier cette défection. Il pouvait soit demander au Parlement un crédit supplémentaire, soit intervenir auprès de la direction de l'Expo pour abandonner un autre projet au profit de celui-ci. En ayant le bon réflexe, le Conseil fédéral aurait simplement agi au nom de l'unité confédérale et de la protection des minorités.

Désormais, le masque est tombé, ou ­ pour utiliser la terminologie exposienne ­ le nuage s'est dissipé : les priorités retenues sont aussi désolantes que limpides. 

Domaine Public, 31 août 2001

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017