Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Domaine Public, 11 juin 99

Humeur: Carton rouge pour le Conseil fédéral

Par Roger Nordmann, 11 juin 1999

Décidément la politique d'asile manque de cohérence. Mme Metzler a indiqué qu'elle entendait diminuer l'Attraktivität de la Suisse pour les réfugiés du Kosovo, et que cela passait par la diminution de l'accès à la formation. Or c'est pourtant l'inverse qu'il s'agirait de mettre en œuvre. En offrant une formation aux Kosovars, de l'école enfantine à l'université, on facilite la reconstruction du Kosovo et on limite le risque de criminalité pendant le séjour des jeunes Kosovars en Suisse. Le droit à la formation vaut pour tout le monde, y compris pour les Kosovars.
La notion même d'Attraktivität, difficilement traduisible, dénote un emprunt inadéquat au vocabulaire de la promotion économique: l'Attraktivität de la Suisse ne dépend pas du fait que les Kosovars sont bien traités en Suisse, mais au contraire du caractère peu attraktiv de la vie des personnes déplacées par le nettoyage ethnique. Les liens existant entre la Suisse et le Kosovo sont aussi un héritage de l'immigration de nombreux saisonniers dans les années quatre-vingt.
Pour justifier sa politique, la nouvelle conseillère fédérale a encore aggravé son cas: en affirmant, au cours d'une conférence de presse en compagnie de Messieurs Deiss et Ogi, vouloir anticiper une vague de xénophobie, elle contribue largement à la générer; en voulant parer Blocher, radicaux et PDC entrent en réalité dans son jeu. Peut-être inspirée par son ancien métier de ministre des Finances à mi-temps en Appenzell, Mme Metzler a affirmé que 60'000 Kosovars représentent le maximum de ce que la Suisse peut accueillir. Un dépassement mettrait selon elle en péril les finances de la Confédération! Quand on sait que les comptes de la Confédération étaient équilibrés l'année passée, cela laisse songeur.
Enfin, last but not least, le Conseil fédéral a imaginé le concept de Warteräume, littéralement “salles d'attente”, pour décrire l'espace dans lequel les réfugiés surnuméraires seraient parqués en attendant de pouvoir entrer dans le système légal de l'asile. Il a été précisé qu'il ne s'agissait pas de Lager, ce qui devrait nous rassurer. En effet, le vocabulaire utilisé était assez proche de celui de la régulation hydrique du niveau des cours d'eau, dont on a abondamment parlé à la fonte des neiges ce printemps. Quant à Joseph Deiss, il a reçu la mission d'aller convaincre les pays de l'UE et de l'OTAN d'accueillir une partie des réfugiés dont nous ne voudrions pas. On imagine l'accueil des gouvernements européens qui dépensent des milliards pour mettre sur pied une force d'interposition et un plan de reconstruction devant permettre aux Kosovars de rentrer à la maison. Oui, décidément la barque est pleine, mais c'est celle de l'incohérence du Conseil fédéral.
R.N.

Domaine Public, 11 juin 99

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

18.2.2017